Une après midi de dépravation lors du Kinky Club du 14 juin 2019

414

Un vendredi haut en couleur et en vice pour ces Goûters du 14 juin 2019.

C, homme de talent et habitué des vendredis était présent pour se dévouer auprès des jolies femmes cet l’après-midi.
Grand bien lui prit car il fut récompensé et fut le valet de Madame S. une dominante du Sud qui venait prendre du bon temps accompagné de son soumis V. Après avoir revêtu une tenue toute en transparence mettant en avant ses formes généreuses et chaussée de talons vertigineux, elle mena par sa laisse de chaînes V. dans la grande salle baroque.  Celui-ci portant juste un micro-string et des bracelets de cuir pour l’attacher facilement, il suivait sa Mairesse, obéissant et servile.

Après quelques verres ils décidèrent de faire la visite du KinkyClub.

O. et son amie E. s’étaient donné rendez-vous cet après-midi pour que celui-ci lui fasse découvrir les joies et les possibilités de jeux du KinkyClub, passant de pièce en pièce et voulant user de tous les accessoires à disposition. Il n’y eu pas tant de temps avant que les fesses ne rougissent et que les gémissements se fassent entendre.

Maître J, accompagné de sa soumise espiègle N, prit un malin plaisir à la dénuder et lui donner de la badine et du martinet sur le banc à fessé, lui ornant les seins de pinces et l’exposant à la vue des voyeurs nombreux. Celle-ci honteuse et battue ne pouvait cacher son excitation qui ruisselait entre ses cuisses grandes ouvertes.

DirtyVonP initia NS à la fessée. Elle venait de lui confier honteusement se sentir envieuse de voir les autres en profiter tandis qu’elle restait dans l’ombre virtuelle, lisant et relisant les récits et témoignages du site KinkyClub. Aussi, elle voulait sortir de l’obscurité et connaitre enfin la plaisir de se prendre une raclée en public. C’est soulagée et humide qu’elle repartit chez elle.

A peine le temps de se rafraîchir que nous retrouvions C en train de lécher la fente de Madame S. pendant qu’elle malmenait la queue et les couilles de son soumis attaché face à la croix.
Ordonnant à C. de ne pas oublier son petit trou, elle gémissait de plaisir tout en torturant la queue de son esclave.

J et J donnèrent de nouveau leurs lettres de noblesse à l’art de dominer et de baiser et il fut déjà l’heure de rentrer et de se remettre de ses émotions.