Cancres véritables ou simples garnements amateurs de fessées ? L’atelier dictée au Kinky Club du 28 septembre 2018

0
204

La fin du mois de septembre s’est clôturée agréablement au KinkyClub.
Les couples du déjeuner coquin ont été rejoints par quelques joueurs dont Olivia notre travestie chérie. Cette dernière n’a pas perdu une minute pour entrer en scène et s’occuper de jeunes soumis présents.
Mademoiselle Calamity s’occupa de Soumis S, qui nu et en collier, fut promené en laisse et exposé aux yeux de tous. Son corps musculeux et son mental d’acier lui permettant d’endurer de longues poses immobiles, il ressemblait à une statue de chair.

Sachant d’avance qu’il échouerait à la dictée du jour, il fut corrigé en amont dans la petite salle.
Exposé, la pastille offerte aux yeux des voyeurs, il fut fessé vigoureusement et tandis que les coups pleuvaient, son corps tressaillait et des soupirs lui échappaient. Lorsque la badine entra en scène, toute autant cinglante que les mots de Mademoiselle, ce fut un flot d’endorphines qui le cueillit. Puis à la fin, Mademoiselle, affairée à recevoir les participants de l’atelier thématique du jour, le laissa rependre ses esprits, toujours juché sur le haut banc à fessées capitonné.

Pendant ce temps, DirtyVonP administrait une solide correction à Jodie la barmaid, non pas qu’elle eut fait des bêtises mais par pure gourmandise. La langue de dragon claquait la belle qui ondulait, les cuisses serrées par un bondage mettant en valeur ses jolies fesses tatouées.

H fouettait la soumise d’un couple à étage. Celle-ci endurait les coups de martinet, solidement attachée à la roue. Le public regardait le spectacle tandis que Dame Olivia se faisait honorer par son soumis du jour. Somptueuse, elle se fit prendre en photo dans plusieurs pièces du Club.

Enfin à 16h, la cloche retentit et la petite dizaine d’élèves s’installa aux bureaux collectifs.
Copie blanche et encre bleue, les voyeurs assis autour du groupe, la délation fut encouragée en cas de tricherie.
Mademoiselle Calamity, jupe crayon noire, chemisier blanc et talons hauts dicta un passage des Onze Milles Verges d’Apollinaire. Justice est de dire que si l’écriture fut difficile à certains, la lecture n’en fut pas plus aisée. Studieux pour la plupart ; les élèves écrivaient, seule, C, mutine faisait répéter, regardant ses tuteurs du coin de l’œil, soucieuse de les satisfaire.

Sitôt corrigées, avec l’aide gracieuse de professeurs présents dans la salle, les copies furent rendues. Lentement, Mademoiselle nommait, par ordre de fautes, les élèves et avant de rendre la note attendue, faisait estimer le nombre fautes.
Elle avait espéré un sans fautes dans l’échelle de punitions affichée mais ses espoirs furent trompés. Cancres véritables ou simples garnements amateurs de fessées, les copies s’échelonnèrent de 3 à 13 fautes et plus.
Soumis S et C furent placés au piquet, tenant la pancarte CANCRE entre leurs mains. Piteux, le regard bas, ils se tenaient face à la salle rieuse.
Les autres réclamèrent la fessée plutôt que tenir 5 min sur la règle, ancienne punition vicieuse.
Ils se présentèrent donc à la file sur les genoux de Mademoiselle, qui les déculotta, moquant au passage les sous-vêtements de voilage ou dentelle noires de certains.
La fessée fut administrée au paddle, en bois et fait main dont les lourds coups rougirent les fesses des mauvais élèves. Il fallait compter les coups et certain.es, décidément, aussi nuls en mathématiques qu’en français en perdaient le fil et leur Latin, répétant des chiffres ou oubliant carrément de compter.

Ryouko achevait la correction à la badine et se fut un joyeux défilé de pantalons aux chevilles en sa direction.

Mademoiselle avait aussi envoyé des poésies et 4 élèves furent assez courageux pour les déclamer en public.
Daniel, délaissant les pieds de Ryouko, tenta le premier essai avec « jeune goinfre » de Rimbaud.
C, hésitante, se lança. La pauvre avait choisi la plus difficile et rougissant en se tordant les doigts, récité Le Godemichet de la Gloire de Théodore Gautier. Mademoiselle moqua et demanda s’il s’agissait du cousin de Théophile. Ceci n’arrangea pas le trouble de C mais vaillante, elle poursuivit et s’en sorti convenablement.
H, qui avait lu les deux poésies en diagonale s’en sorti avec un certain brio et pour finir, le jeune A, rattrapa sa cuisante copie avec un quasi sans fautes !
Bravo à tous, il facile de parader à l’écrit derrière un écran, mais plus difficile d’offrir cette vulnérabilité à tous.
Un franc succès pour cet atelier qui sera programmé en janvier.

Dispersion dans les étages, l’espiègle C jouait avec ses tuteurs dans l’alcôve et l’on entendait sa voix raconter des choses inconvenantes et, ingénue, s’en faire expliquer d’autres. Elle voulait comprendre les termes de la dictée et s’interrogeait sur la définition de « gougnotte ».

Ce fut H, joueur invétéré qui ne vient jamais les mains vides (aujourd’hui, équipé sobrement de son kit de sondes) qui eut les faveurs de la belle Ryouko pour une séance de domination subtile dans le salon puis plus intense à la Croix grâce aux martinets. H venant jouer en toute discrétion, il ne restait pour cible que son sexe et son esprit. Deux parties de choix à ne pas négliger et offrants des jeux variés.

Mademoiselle eut envie de punir Lil Devil en co-domination avec DirtyVonP et de nouveau Soumis S eut l’honneur de servir de porte fouets, nu et à genoux aux pieds.
Mademoiselle voulu essayer la langue de dragon sur les fesses de la belle qu’elle venait de dénuder lentement tandis que celle-ci, impuissante, ne pouvait que rougir sans se cacher, ses mains étant attachées en hauteur.
Puis DirtyVonP entra en scène et cingla les fesses rebondies et déjà rougies. Enfin, Mademoiselle, toujours adepte de la badine, marque le dessus et le dessous de la lourde poitrine.

A 19h30, la trentaine de joueurs avait quitté les lieux. Merci encore pour ce bel après midi et rendez vous le 5 octobre pour l’atelier « Jeux de bougies », un atelier pour faire (re)découvrir les plaisirs brûlants de ce jeu et partager des conseils. Vente sur place des bougies « home-made » KinkyClub dont vous pouvez admirer les couleurs sur les photos de bondage de Mademoiselle ou de DirtyVonP.
Petit mémo, les ateliers sont ouverts aux voyeurs mais aussi aux participants aussi vous pouvez nous contacter si vous avez envie de jouer.