Le KinkyClub dans les cordes de DirtyVonP par Mme M

0
363

Des semaines qu’ils n’étaient pas venus, ça leur manquait.

Le lieu, les hôtes, les cérémonies ….

Cet endroit est décidément le leur, Mr R et Mme M s’y sentent parfaitement bien pour exprimer leurs talents, pour déployer leur créativité.

L’écrin se prête à l’élaboration de tableaux subtils et pervers que la participation de Mademoiselle sublime.

Leur complicité est délicieuse.

Mme M et Mademoiselle parfois se délectent, en vicieuses chattes, à s’associer aux lubies du moment, pour le plus grand plaisir des soumis.es qui tombent sous leurs griffes.

Mme M s’est passionnée à élaborer, longuement, des histoires subtiles et complexes. Elle a beaucoup donné et aspire à se poser, sans question

Retrouver Monsieur

Retrouver l’origine

 

La thématique du jour se prêtait parfaitement à ses aspirations

L’expérience de la corde

L’expérience de l’abandon par la contention

Elle avait goûté ces plaisirs avec Monsieur

Les avaient esquissés avec Lui sans s’adonner à une vraie longue séance

 

DirtyVonP est incontestablement Maître en la matière

A côtoyer régulièrement le club, elle a observé son art

Elle a apprécié son autorité naturelle et implacable

Elle a contemplé la force tranquille

L’élégance

La manière dont il enveloppe ses proies qui n’ont d’autres choix que s’abandonner

Elle l’a désiré

Habitée par le désir elle va se donner

 

Monsieur l’a confié et s’est assis pour observer

Elle aurait aimé qu’ils exécutent la chorégraphie en duo

Mais lui savait

Qu’il fallait qu’elle se donne. Exclusivement.

Pour vivre le moment pleinement

 

Robe ôtée, juste parée de bas, serre-taille et porte-jarretelles

Tête baissée

Mains jointes sur les reins

Elle est prête

 

À peine le corps du Maître plaqué contre le sien pour faire glisser la première corde

À peine la main pressant la gorge. Prenant le souffle.

Elle lui appartient, dépose les armes de la volonté pour laisser son corps penser

Le fil narratif n’existe plus

Le fil des cordes dicte

Les doigts contrôlent sa respiration

 

Aucun muscle, aucune tension, aucune résistance ne s’oppose à la volonté de DirtyVonP.

Les cordes s’enroulent, serrent, immobilisent les membres asservis.

Leurs corps, leurs souffles s’immiscent en parfaite harmonie.

Il dispose

Il impose au diapason de ses abandons

La contention fait place à l’apesanteur

Elle flotte, elle est si bien. La tête tourne un peu et intime un placement au sol.

 

Posée. L’axe de la corde de soutien est un solide ancrage qui libère le corps de ses contraintes.

Les lèvres douces de Monsieur se posent sur les siennes, elle le rassure elle est bien.

Une cuisse s’ecrase et se replie, immobilisée sous la gange de corde, ouvrant ses nymphes.

– impudique, tu es impudique. Tu es à ma merci, selon Ma Volonté

– je suis à toi, je t’appartiens.

La position ne cache rien de son sexe, aucune pudeur réfrène son exhibition. Son corps ne lui appartient plus, elle se sent si légère.

 

Elle a perdu ses repères

Elle a perdu le dictionnaire de la raison

Elle a perdu toute notion de temps

Elle flotte.

Contre lui et si loin.

 

Les fils se desserrent libérant très progressivement le corps

Détachement et pression des doigts se mêlent

L’air est rationné, gorge, ventre

Il garde le contrôle

C’est tout doucement qu’elle ressent ses membres, le vide, la fin et invite la conscience à reprendre place

Monsieur est là observant attentivement ses réactions.

DirtyVonP semble satisfait.

Elle est ravie, revient de loin. De très loin.

 

C’est dans un état second qu’elle recompose le lieu, les personnes présentes

Là sans tout à fait y être, flottant dans une douce torpeur…en suspension

La présence de Monsieur, la connexion du corps et de l’esprit lui fait réaliser l’intensité sensorielle de ce qu’elle a vécu

La tension érotique qui l’habite est puissante à en être douloureuse

Impériosité de jouir et envie de reconnecter cette expérience avec Monsieur

Il lui faut du fort, du puissant !

 

Le cheval d’arçons offre un repli confortable à son corps épuisé

Sans tarder les coups pleuvent

Le martinet de latex enveloppe les chairs et chauffe la peau

La diffusion cristalline du martinet de crin, si délicate et constellante, piquant la peau chauffée.

Le fouet à quatre brins, vif et précis que Monsieur R se plaît à manier.

L’habile chorégraphie se cale aux soubresauts de jouissance, montant crescendo en rapidité et en force au rythme de son plaisir

Osmose

Transe hypnotique

Exaltation sublimée de ce voyage au plus profond d’elle-même