Une tornade de luxure et de vices pour ce Kinky Club du 1er février

756

Un vent de luxure indicible a soufflé au KinkyClub vendredi dernier ! Dés l’ouverture un superbe couple s’est présenté à la porte : P, élégant quinqua dominant, accompagné de E, superbe dans sa petite robe noire à dos nu qui mettait en valeur à la fois ses cuisses élancées et sa plantureuse poitrine.

Sans tarder ils filèrent dans les salons pour des jeux et des élans qui durèrent tout l’après-midi. A et S arrivèrent juste ensuite.  A, habituellement dominant, était très désireux de découvrir les supplices de la soumission. Il vint accompagné de son amie qui, ouverte à tout, avait envie d’apprendre à dominer tout en ne connaissant pas encore ces types de jeux.
Nos convives de l’après midi se présentèrent à la porte par vagues régulières. Notons Braco, le paillasson servile de service, toujours aussi mielleux et prêt à se faire piétiner et prendre en main par la gente gynarchique et B un joueur de haute volée.

Maitresse S nous rejoint aussi alors que son cavalier du jour lui avait fait faux-bond.
Enfin un fort joli couple G et T rejoignirent nos Goûters pour découvrir tous les plaisirs que le Kinky Club propose. Tout ce beau monde commença tranquillement à discuter dans le salon.

J arriva à ce moment portant masque et catogan et se plaça sagement sur l’un des fauteuils. B et Maitresse S discutait à bâtons rompus. Celle-ci avait envie de jouer et échafauda des plans de plus en plus machiavéliques surtout lorsque notre couple d’indécis aventureux A et S, vint se joindre à la conversation et exposèrent leurs envies.
Tout se passa très vite ensuite. Le sage petit couple se révéla être des plus gourmand et partageur, ils investirent le coin câlin où T délicieuse métisse, offrit sa bouche et ses mains aux hommes de talent pendant que G la besognait vivement. Le coin câlin devint une alcôve dédiée aux plaisirs charnels et aux partages, les sessions de sexe alternant avec les caresses buccales et manuelles. T était tout soupirant en s’offrant aux multiples caresses prodiguées.
En peu de temps ils furent rejoints par P et E qui profitèrent du spectacle de cette nymphe assaillie par nos doux et précautionneux satyres. E ondulant sous les caresses de P qui l’offrit à B qui ne put s’empêcher de glisser entre ses cuisses pour la lécher.
Les gémissements et les soupirs se mêlèrent un très long moment, tout le monde participa et profita de cette bulle de luxure, de sexe et de dépravation.

Pendant ce temps Maitresse S commençait une session de domination ayant jeté son dévolu sur J. Celui-ci se retrouva vite avec un collier au cou attaché sur la Croix à subir ses coups de cravache et autres remarques désobligeantes.
Il faut dire que J, dominant de son état n’était pas très obéissant ni prompt à répondre à sa Maitresse. Sa laisse passée dans l’un des anneaux de la Croix et maintenue fermement par S l’obligeait à se tenir sur la pointe des pieds pour ne pas être plus étranglé que ce qu’il était déjà.
S et A se joignirent au groupe. A nu et en collier et laisse tenu par S, fut lui aussi pris en main par Maitresse S qui l’humiliait tant et plus et le faisait se tenir à genoux pendant que S donnait de la cravache à J acceptant son rôle de domina avec empressement.
La température monta de plus en plus tout comme la perversité de Maitresse S devant tant d’envie et de vice surtout que B et Braco arrivèrent pour compléter le groupe.

Braco se retrouva le cul ouvert par un godemiché tenu par S pendant que A le suçait goulûment.
Puis ce fut au tour de J de se faire branler par S décidément survoltée à la vue du bel éphèbe supplicié.
Elle fut bientôt prise en main par B qui la baisa alors qu’elle suçait J accroché et étranglé sur la Croix pendant que Braco s’astiquait devant ce spectacle sur le sling. Maitresse S donnait instructions et coups de cravache faisant pleuvoir insultes et ordres tout en encourageant ce petit monde à être le plus pute et salope possible. A fini empalé sur la chaise gode pendant que S se fit baiser part B puis J qui put enfin jouir dans sa tortionnaire en la baisant vigoureusement après tant de torture et de claques sonores.
Il fut déjà l’heure juste après sa jouissance et nos joueurs et joueuses se revêtirent encore pantelants de tant de vices et d’émotions.